Ikra : un dîner à la cour du Tsar

DSC_61122

Constantin Petrovitch Petrine tira sa montre de la poche de son veston : 20 h 07. Le médecin, dans la quarantaine, ne supportait pas les retards. C’était une des raisons pour lesquelles il avait cessé les rendez-vous galants. L’attente qu’imposaient traditionnellement les jeunes filles à leur soupirant lui semblait inadmissible. Il tapota nerveusement la borne métallique du trottoir du boulevard Raspail puis sortit sa blague à tabac pour en priser un brin. Une vieille habitude qu’il n’avait plus le temps de perdre.

Le taxi s’arrêta net devant l’enseigne du restaurant Ikra. Quand il vit descendre Dounia Mikhaïlovna de la voiture, Petrine s’essuya le front, transpirant sous les premières chaleurs parisiennes.

« Allons dîner mon cher ami, je meurs de faim, lança-t-elle en riant. Le voyage a été épouvantable. »

Etourdi par cette entrée, le bon médecin ne put que suivre les pas élancés de la jeune femme vers la porte de l’établissement. La serveuse les conduisit jusqu’à leur table et leur proposa le cocktail de la maison que s’empressa d’accepter Dounia. Celle-ci s’extasia devant les perles de fraises qui se mêlaient avec délicatesse à un mélange de vodka et de champagne. « Le chef, Clément Bouldoire, a découvert ces billes lors de son passage sous la direction de Thierry Marx, enseigne Constantin Petrovitch à son amie. Un soupçon de cuisine moléculaire dans ses plats ! »

Les bals de son enfance

2013-05-08 21.31.52 Saumon gravlax du chef, blinis maison

Après avoir longuement examiné la carte, Dounia Mikhaïlovna hésitait encore entre le saumon gravlax du chef et le traditionnel chouba au hareng. Comme tous les plats à la carte, ceux-ci étaient une interprétation d’une recette russe par un cuisinier français, originaire de l’Aveyron, amateur de gastronomie et de cuisine de bistrot. Petrine voulait les champignons à la russe. Il savait qu’ensuite il prendrait le carré d’agneau : il choisissait toujours le même menu. Avec une jolie moue, Dounia renonça au hareng, opta pour le saumon et retrouva le sourire en commandant un filet de daurade. Le saumon arriva, saupoudré de ses épices : le sel, le sucre, le poivre du Sichuan, l’aneth et les baies roses. Il fondait comme du beurre sous la langue et réveillait les papilles de la jeune femme. Elle claqua des mains d’enthousiasme et réclama de la vodka. Constantin Petrovitch qui piochait dans ses champignons au vinaigre se demanda si c’était bien raisonnable. Puis il avala un de ses énormes cornichons malossol et se dit que ce n’était pas tous les jours la fête. Ils demandèrent une bouteille de vodka Moskovskaya. Elle leur fut apportée à l’instant où le musicien commençait au piano un air qui leur rappelait leur enfance. Ils se servirent de grands verres et un violoniste se joignit à la fête.

2013-05-08 21.31.34-1 Champignons à la russe, cornichons Malossol

Tandis qu’elle croquait les haricots verts et le fenouil qui accompagnaient sa daurade, Dounia se rappelait les bals de son enfance. Elle se voyait habillée de sa plus belle robe et lorsqu’elle leva les yeux vers Petrine, il était changé en prince charmant. Celui-ci se régalait de son beau morceau d’agneau simplement rosé. Il se dit qu’il faudrait faire danser sa belle invitée et qu’il y avait des années qu’il n’avait pas dansé. Leurs assiettes enfin vides, ils se regardèrent dans les yeux et se levèrent sans mot dire. La valse les entraîna l’un et l’autre, la vodka aidant, ils tournèrent et tournèrent dans tout le restaurant.

2013-05-08 21.59.26 Filet de daurade sur son lit de fenouil safrané

Elle retomba sur sa chaise, étourdie. « Je voudrais cette mousseline de citron, nous sommes si bien ici, ne rentrons pas encore » demanda-t-elle au médecin qui ne pouvait plus rien lui refuser. Elle mangea son dessert, dont les écumes de vodka et le citron vert lui firent monter le rose aux joues.

« Où allons-nous maintenant ? demanda-t-elle. Oh ! nous n’avons pas goûté le caviar !

– La prochaine fois ma chérie, la prochaine fois » conclut Petrine, enfin sûr de lui.

Théo Torrecillas

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s